En 1889, suite à de vives querelles au sein même de la société coopérative «  UNION _ PROGRES_ ECONOMIE » de Wasmes, certains membres la quittèrent pour fonder une société dissidente dénommée «  ARTS ET METIERS ». De cette dernière, naîtra en 1899 la société coopérative de boulangerie « LA JUSTICE » créée à l’initiative de Philippe Dufrasne, journaliste, EVRAD Pharmacien.

 

Dés lors une concurrence acharnée s’installa entre les deux coopératives sur le plan économique pour la distribution du pain. Elle aboutira devant les tribunaux : des dénonciations pour fraude étaient fréquemment déposées au Parquet par une coopérative à l’encontre de l’autre.

Des dissensions eurent des répercutions au niveau des deux sections politiques locales qui furent exclues alternativement du P.O.B.

 

Le siège de la coopérative, des bureaux, la boulangerie et le magasin furent installés rue de Petit-Wasmes.

En 1901, la société acheta rue de Petit-Wasmes le « Salon Depienne » du nom de son propre propriétaire, en fit sa Maison du Peuple fut construite à son emplacement. Elle comprenait le café et une salle de réunion au premier étage qui existent toujours. La salle des fêtes qui servait aussi de cinéma se trouvait à côté ; elle a été détruite par le feu il y a quelques années.

 

Au rez-de-chaussée de « La Justice »se trouve le café et le logement des tenanciers.

Au premier étage se trouve la salle de réunion.

La façade est composée au premier étage d’un garde-corps à balustres devant les baies de fenêtres, un petit balcon avec les mêmes balustres au-dessus de la porte d’entrée. Le soubassement est en pierre.

 

Situation dans le site : dans l’alignement de la rue de Petit-Wasmes, presque en face de l’église. Petit-Wasmes était le quartier des ouvriers mineurs de Wasmes, et reste aujourd’hui un quartier populaire.

img060

 

img063

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Province du Hainaut Borinage, « Inventaire visuel des Maison du Peuple de Bruxelles et de Wallonie II », paru dans Recherche réalisée par les archives d’architecture moderne pour le Ministre de la Communauté Française, p. 218 – 220.