pont d arcole

A également porté le nom de charbonnage « Les Wagnaux » officiellement « Fosse N°3 Hornu –Wasmes ».

Ce charbonnage était un des plus importants du bassin houiller, situé à Wasmes en Borinage, commune qui comptait le plus grand nombre de puits de mine…

Son importance lui valut l’attention des patrons charbonniers qui installèrent au sein même du charbonnage, en 1932, une école professionnelle de pratique pour mineur. L’école comptait une mine modèle en sous-sol destinée à former des ouvriers, des porions, des chefs-porions, des surveillants boutefeux… 

Après 1945, les nouveaux immigrés y reçurent les premiers éléments de formation professionnelle et les bases linguistiques nécessaires à leur intégration. Malgré la fermeture de tous les puits borains, l’école resta active jusqu’en 1964.


En 1964, les bâtiments furent cédés à l’Etat pour y installer l’Institut psychopédagogique. La mine modèle, destinée à la démolition fut épargnée grâce aux efforts conjugués du personnel du Fonds des Bâtiments scolaires, de l’ASBL La Ronde et de la Direction et du personnel de l’Institut. En 1978, naissait le musée de la Mine des « Wagnaux », un site didactique : ouverture de la galerie-école au public pour une visite commentée, un musée plus classique regroupant nombre de documents, maquettes, outils de mineurs… Ce témoignage unique pour la région, complément directe au Site du Grand-Hornu a définitivement fermé ses portes le 26 octobre 1996… Victime du manque de soutien et de subsides nécessaires au bon entretien du site, la galerie ne pouvant plus être sécurisée, les visiteurs se sont raréfiés et fatalement, ce témoin historique d’importance a sombré dans l’oubli, au mépris du devoir de mémoire et malgré toute l’énergie continuellement déployée par ses employés et la direction de l’ASBL…

 

Les installations actuelles ont été officiellement inaugurées le 23 juin 2006  sous l’appellation « Espace Yvon Biefnot » et  regroupent les services : 

- Prévention                                          

- Enseignement

- Urbanisme

- Travaux

- Logement

- Accueil extra-scolaire

- Recette

- Finances

- Traitements

- Courrier et archivage 

- Personnel 

- Secrétariat communal

- Maison de l’Emploi

- ALE

- Centre culturel

- Maison de l’Eveil et de la Santé

- ASBL Magnum

 

Ces installations ont été réalisées sur des terrains du charbonnage SA d'Hornu et de Wasmes.

Marquant l'entrée de Wasmes, les bâtiments du charbonnage S.A.d'Hornu et de Wasmes, aujourd'hui site d'activité économique désaffecté, construits dans la première moitié du 19ème siècle, couvraitent une grande partie du quartier. Liés à l'exploitation des puits 3 et 5, ils ont cessé leurs activités en 1956-1957. 
Les bâtiments, autrefois reliés par une passerelle couverte en béton se répartissent de chaque côté de la rue du Pont d'Arcole. Sur la droite dans un terrain en friches, constructions liées à l'extraction dont le haut volume de " la recette ", vaste édifice de brique sous toiture à croupes offrant sur plusieurs niveaux, une succession de travées rythmées de pilastres et lésènes. 
Sur la gauche de la rue , de part et d'autre d'un cheminement pavé s'ouvrant sur deux cours anciennes bains-douches et ateliers abritant notamment la mine-école et sa galerie de 200 m., initiative sociale et pédagogique novatrice mise sur pied vers 1935 et abandonnée en 1963.
A l'arrière, hangars à l'abandon et ateliers en brique à toiture à sheds couverts d'ardoise. Voisinant la grille d'entrée, bureaux du charbonnage, avec porte d'entrée ornée d'un élégant travail de fer forgé Art Déco qui est aujourd'hui la Maison Culturelle.

Explication du terme « Wagnaux » :Wagnaux, signifie
vanneaux en dialecte borain.

Le vanneau est un oiseau échassier à dos vert sombre et ventre blanc que l’on trouve un peu partout en Europe et plus largement dans l’hémisphère nord. Les vanneaux se rassemblent en hiver en énormes groupes, de préférence sur des terrains ouverts de terres arables. Ils nichent à même le sol et se nourrissent de coléoptères, mouches, araignées, lombrics, graines de pins et d’herbacées…
La proximité de vastes terrains (aujourd’hui dévolu en axe de circulation-Axiale Boraine) leur fournissait, autrefois sans doute, un lieu de rassemblement idéal ou d’habitat privilégié…

 

Catherine Lemoine Bibliographie Collectif, 1995. Sites et bâtiments industriels anciens de Wallonie, p.84-85.